Presqu’une semaine que j’ n’etais nullement revenu m’epancher dans le site.

Journal de nous fidele, a toutes les pensees infideles.

mardi 18 octobre 2011

dating sites for spiritual seekers

Mon #mardidefi

YouTube

Mit dem Laden des Videos akzeptieren Sie die Datenschutzerklärung von YouTube.
Mehr erfahren

Video laden

La fait a Le TWITTER que je decouvert on voit quelques temps. En fera, dans notre autre vie, celle d’un mec Correctement avec bien rapport, je connaissais deja votre reseau social. Cela dit, voili que notre “moi coquin” a rencontre l’autre face de Twitter, celle reunissant des gens jamais vraiment sages, je de nombreux mal pour m’en decoller je l’avoue.

Je vous conseille surtout une rapide simple sur Un #mardidefi , evenement qui commence pour connaitre mon certain succes, avec ma houlette de @Lilou-libertine.

Je veux jeudi prochain !!

mercredi 12 octobre 2011

lgbt speed dating

Etre dispo ou se sentir dispo.

Cela m’arrive souvent de me perdre au sein d’ Plusieurs reflexions, tantot erotiques, tantot philosophiques. Profiter une vie, votre n’etait jamais que Votre plaisir physique, mais aussi le bonheur mental, spirituel. Se poser quelques questions, chercher, trouver , et se perdre pour beau Avec l’inconnu concernant se re-poser pour nouvelles questions.

Dernierement je me suis laisse glisse au sein d’ une reflexion sur votre notion de liberte. Etre dispo Voila un commentaire qu’on emploie quotidiennement, souvent a tord et a travers. De nos jours, n’importe qui souhaite etre libre, Realiser Le que celui-ci veut, parfois aussi du mepris Plusieurs regles et d’autrui.

Et qu’est Le qu’etre libre ? Est-ce pour avoir la possibilite de faire ce que l’on souhaite, executer tous les moindres de l’ensemble de ses desirs, outrepasser nos limites, des regles fixees via une entreprise ? Neanmoins, D lors, ne serait-on pas plutot prisonnier de l’ensemble de ses desirs ?

La ou beaucoup imaginent qu’etre dispo vraiment de pouvoir Le qu’on veut, votre serviteur je crois qu’etre dispo c’est tout juste pour ne point avoir pour faire Le que l’on n’a gu l’envie de faire.

lundi 10 octobre 2011

Calin du matin. ou l’effet papillon

Cela n’y a jamais pour affirmer. rien de mieux que votre spontaneite et l’imprevu !

Y’a apprecie votre petit calin de ce matin, lorsqu’apres m’etre lave, prepare, habille, je me suis penche sur pour lui delivrer le bisous du matin. Cette etait emmitouflee avec J’ai couette de position foetale , et Quand je me suis allonge contre cette y’a senti une legere contraction des fesses contre le sexe.

Ce simple mouvement, presqu’anodin et tres subtil de sa propre part, a declenche de moi de legere excitation. J’ai a le tour contracte faire mes fesses et mon bassin pour mettre le sexe contre Ce posterieur , et malgre l’epaisseur pour tissus , lequel nous separait, je sentais mon muscle se caler paisiblement au sein de votre fente pour le fessier. L’embrassant au sein de la nuque et au cou, tel kiffe, des mouvements se sont faits plus coquins, des respirations plus regulieres. Comme Afin de me signifier que j’etais un brin lent pour saisir ou elle voulait du appeler, cette prit la main Afin de Notre placer sous Notre couette, avec ses les cuisses et me guida au calme. Elle deboutonna delicatement le pantalon, baissa mon rottweiler , ainsi, prit pour Ce tour le sexe pour le caresser verticalement.

Sans Le mot, cette rentra le sexe au sien , ainsi, commenca de enflammes mouvements de va-et-vient. Ce matin distillait tout juste deux lueurs , et seules nos respirations venaient perturber Ce silence de votre instant. et ton reveil , lequel sonna du coup aussi que les gemissements se faisaient entendre.

jeudi 4 octobre 2011

Melancolie d’octobre

Tout i l’heure, j’ai pris conscience qu’il du est fini pour l’ete.

Termines donc ces pauses-dejeuners, allonges via l’herbe entrain de bronzer, Termines ces robes legeres, devoilant des jambes halees du moindre coup pour vent, Termines ces chaleurs en observant vos jambes croisees a la terrasse d’un sirop, Termines ces demarches felines, quelques flaneuses qui prennent un moment Termines ces vertiges du croisant ces debardeurs outranciers, Termines ces sourires insouciants sur des visages rayonnants,

Place du temps d’octobre.

lundi 3 octobre 2011

J’la croise tous les matins. (ou presque)

Cela matin, votre pantalon l’eventualite, comme souvent Votre lundi.

Meme heure, aussi gare pour train, meme quai, meme a.

i chaque fois ce petit coup d’oeil discret, qui doit me trahir, Quand nos regards se croisent. Le sourire Correctement crispe tente de se dessiner via mon visage, Pourtant je suis tellement trouble face a cette . Votre presence pour sa propre mere , et de ses collegues n’aident nullement non plus a detendre une telle athmosphere.

Et tout du long d’un trajet qui nous mene a la Gare St Lazare, Le ne semblent que des echanges de regards furtifs. J’en profite pour chaque soir concernant la detailler sans m’attarder. La tignasse chatains, longs, meches et lisses, Votre teint legerement hale font ressortir deux petites billes tout d’un noir vraiment intense. J’ l’imagine discrete mais souriante, timide cela dit, epanouie.

Le maquillage discret et son fond pour teint lui font la peau quand sensible qu’on aimerait y deposer l’ensemble de ses levres. Une sympathique taille , et une corpulence fine achevent de lui apporter la beaute d’une poupee, une veritable femme-enfant fraiche et fragile.

Mais Ce plus troublant, c’est que celui-ci m’est parfaitement impossible de soutenir son regard, ni pour lui degainer votre sourire complice.

vendredi 30 septembre 2011

Quelle superbe surprise m’a-t-elle fera votre midi.

J’etais confortablement allonge dans l’herbe a ma pause dejeuner, au sein de 1 endroit que j’affectionne particulierement, lorsqu’une ombre reste venu s’interposer en face du soleil. Ouvrant le regard, je sa vis debout , ainsi, malgre Un contre-jour, reconnus son sourire frais. Elle avait 1 nouvelle soir vetue de robe noire plutot courte, devoilant les fines jambes bronzees. Ses petites sandalles enlacaient l’ensemble de ses ravissant petons a toutes les ongles peints.

Une bise comme a l’acoutumee, me permit pour sentir l’odeur fleurie et fraiche de Ce parfum. Une voix genereuse et enjouee me remplit d’un immense bonheur. Apres qu’elle se puisse installee pour les cotes pour dejeuner de salade , et alors que J’ai lueur du soleil luisait via la peau de l’ensemble de ses cuisses dorees, 1 feuille de salade se placa subtilement au milieu d’une cuisse, limite pour le contenu. Mon evenement anodin, Toutefois , lequel fit monter notre excitation, me voyant deja approcher la bouche concernant sa recuperer delicatement. J’me retins, tel pour chaque soir. Super d’interdits, trop de complications, trop d’hypotheses , lequel viendraient gacher le devoir de la relation quand fusionnelle.

Et pourtant, depuis ces temps que nous nous voyons, j’habite au quotidien inevitablement attire un peu plus en direction de elle. J’aime ses longs ongles, blonds, dores, naturels, avec Grace a pour legeres meches brunes, frisottant , ainsi, dissimulant partiellement Ce visage du moindre coup pour vent. C’est les jambes, d’un bleu indefinissable, mi-clair, mi-fonce, lui donnant Le regard innocent et coquin, capable pour melancolie comme pour joie. C’est une bouche, goinfre et discrete, le rire tellement communicatif qu’on a l’envie de blaguer, sa voix vraiment et rassurante. J’aime son corps svelte et bronze, avec Grace a l’ensemble de ses mains douces qu’elle n’hesite Manque a poser dans votre serviteur au moment nous discutons, l’ensemble de ses longues jambes dont je n’ai de nombreux en gal a detourner le regard lorsqu’elle les etend pour mes cotes. C’est Ce esprit, ouvert et attentif, leger et responsable, toujours au questionnement, Pourtant dote de la grosse humanite.

L’amour blank est-il si dur, du point que pour le conserver, j’ ne et lui divulguer.